Peut-on succomber à l’appel d’un sandwich équilibré ?

En matière d’études et de formation, la métropole bretonne – qu’est la ville de Rennes – figure parmi le top cinq des meilleures villes étudiantes de France et de Navarre. Rennes se hisse d’ailleurs en tête du classement sur l’offre de formation. Transport, logement, cadre de vie, vie étudiante, la capitale bretonne ne manque pas d’attractivité pour séduire. Battant au rythme de ses étudiants, Rennes est donc par excellence la ville étudiante idéale. Et à l’image de tous ses étudiants, les scolaires et les travailleurs notamment vivent eux aussi à un rythme effréné. D’ailleurs, il ne suffit pas de se rendre à Rennes pour constater que notre société est connectée quasiment H24 et que le style de vie sans relâche a une incidence sur le mode de consommation. Alors que les plus anciens ont vu émerger dans les années 60 la grande distribution, les générations actuelles sont devenues des adeptes de la « junkfood ». Simple, pratique et rapide à consommer sur le pouce, la junkfood est cependant dans le viseur de tous les nutritionnistes. Montrée du doigt comme étant le principal facteur des maladies dites de « civilisation », il n’en demeure pas moins qu’il est possible de consommer un sandwich sans se faire de mal

Le sandwich, ce repas qui peut être équilibré

À l’heure de la pause déjeuner, que l’on travaille ou non, il est bien tentant de succomber à l’odeur alléchante, au visuel d'un gourmand sandwich sur Rennes. Par manque de temps, le sandwich est alors une solution bien pratique, le reflet de nos habitudes alimentaires tant le sandwich jambon beurre est l’un des stéréotypes français. Et bien entendu, avec quelques astuces, il est possible de le rendre bien plus équilibré qu’il n’y parait. 

Le sandwich peut être un aliment équilibré. Il suffit pour cela de faire en sorte qu’il contienne des glucides, des protéines, des lipides, des vitamines, des minéraux, mais aussi des oligoéléments à l’image d’un repas classique. Pour cela, les aliments constituants le sandwich doivent être en proportion équilibrées. Si l’on s’en réfère à la pyramide de l’équilibre alimentaire, le sandwich doit contenir 50 % de glucides, 35 % de lipides, 15 % de protéines environ et faire le plein de vitamines, de minéraux et d’oligoéléments. 

Le pain

Le sandwich est essentiellement constitué de pain. À base de farine, elle peut être blanche, semi-complète, bise, intégrale, complète, provenir du blé, de seigle, de son, d’épeautre, de maïs ou encore de châtaigne, être avec ou sans levain, avec ou sans graines et/ou céréales, avec ou sans gluten notamment. Bref, sous la forme d’une baguette, d’une boule, d’un épi, d’une faluche ou encore à trancher, le pain à de quoi satisfaire toutes les papilles, toutes les envies, tous les goûts. Pour autant, le meilleur des choix nutritionnels est d’opter pour une farine complète ou semi-complète. Rien de tel que de choisir un sandwich avec des céréales et/ou des graines ajoutées sans oublier de privilégier les pains riches en fibre comme le son, le seigle ou le complet. Et, afin de bénéficier de glucides à index glycémique bas, les farines de blé et d’épeautre sont à préférer à la traditionnelle baguette, qui en présente un plus élevé. 

La garniture

Pour atteindre le Saint Graal de l’équilibre nutritionnel, mieux vaut mélanger le plus possible les ingrédients provenant de toutes les familles d’aliments : les céréales et les féculents, les corps gras, les protéines animales ou végétales, les fruits et les légumes, les produits laitiers, les sucres en l’occurrence. Exit donc le traditionnel « jambon beurre ». Le « ciabatta méditerranéen », le « saumon gremolata », le « champêtre » ou encore le « thon » par exemple, sont de bien meilleurs choix. En optant pour un sandwich, il faut faire en sorte d’y retrouver des légumes crus pour les fibres, les vitamines, les minéraux, les antioxydants et l’eau nécessaires et indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Il faut également faire en sorte d’y retrouver des produits laitiers comme le fromage, mais aussi des protéines qu’elles soient d’origine animale comme les œufs ou végétal comme le tofu. Côté assaisonnement, il est vrai que les sauces donnent du goût et rendent le sandwich moins sec. Pour autant, un filet d’huile d’olive, du fromage frais, des cornichons, de la moutarde ou encore des légumes marinés peuvent faire la différence et émoustiller les papilles. L’important est de veiller à réduire les matières grasses et le sucre inutile.  

Les autres astuces

Pour finir, rien de tel que de redonner ses lettres de noblesse au sandwich. Et pour cela, mieux vaut prendre le temps de le manger, de le savourer lentement pour en apprécier les saveurs notamment. Tout comme il convient de l’accompagner de préférence d’eau ou de l’une des boissons fraîches et healthy qui font leur come-back. Et, pour le dessert, rien de tel que de croquer à pleine dent dans un fruit frais et de saison voire un yaourt.