Déshériter son enfant en toute légalité : ce qu’il faut savoir

Selon la loi, les enfants ont droit à des parts égales du patrimoine du géniteur. Cependant, il est désormais possible, depuis 2015, de déshériter son enfant. Cet article va vous aider à en savoir plus sur comment déshériter ses enfants légalement.

A découvrir également : Maitre de cérémonie funéraire : réussir vos obsèques

Quelles sont les raisons pour déshériter votre enfant ?

Le fait de déshériter son enfant n’est pas un fait rare, contrairement à ce que l’on pourrait penser. En effet, l’absence de nécessité peut conduire un parent à ne pas inclure son enfant dans son héritage, surtout lorsque cet enfant n’est pas dans le besoin. Par exemple, dans une famille où il y’a un directeur d’entreprise, un artiste et un chômeur, le parent peut choisir de léguer tout son patrimoine au chômeur.

Dans un second cas, un enfant peut assister son parent dans une épreuve difficile, notamment la maladie et que ce dernier décide de lui léguer tout son patrimoine au détriment des autres enfants.

A lire en complément : Lyon : il tente d’abattre son ancien beau-frère dans un parking

Troisièmement, dans une famille de 3 enfants, si l’un est autiste et n’est jamais en mesure de travailler et de mener une vie indépendante, les parents peuvent alors décider de lui léguer tout leur patrimoine au détriment de leurs deux autres fils.

Enfin, un parent issu d’un milieu pauvre et ayant fait fortune peut décider de léguer toute sa fortune à des œuvres de charité après sa mort. L’objectif, c’est de pousser ses autres enfants à faire de même.

Quelles sont les conséquences du déshéritage ?

L’exhérédation d’un est un fait à ne pas prendre à la légère. En effet, il s’agit d’une fracture émotionnelle importante des deux côtés. En effet, le plus souvent, un parent qui déshérite son enfant se sent coupable pour le restant de sa vie. Cependant, il faut garder à l’esprit que cette volonté ne devient effective que lorsque le parent décède. Entre temps, ils peuvent se réconcilier et le parent décide de changer sa volonté. Il faut toutefois savoir qu’une déclaration orale ne suffit pas à modifier quelque chose qui a été déjà écrit.

Bien que la plupart des gens pensent que l’exhérédation est injuste, le parent a parfaitement le droit de disposer de la totalité de ses biens.

Toutefois, il existe une autre alternative qui consiste à laisser la part d’un enfant adulte à ses enfants. Dès lors, si ses petits enfants sont mineurs, ils pourront entrer dans ces fonds une fois adultes.