L’hallux valgus : quelles sont les causes et les solutions ?

Qu’est-ce qu’un hallux valgus ?

L‘hallux valgus vient du latin hallus “gros orteil” et valgus “tourné en dehors”. On l’appelle plus familièrement “oignon”. C’est une déformation de l’hallux qui migre progressivement vers les autres doigts de pied, provoquant ainsi une callosité, une saillie, située sur le bord médial (interne) du pied.

Les causes de l’hallux valgus

Cette déformation concerne avant tout les femmes ; elle est le plus fréquemment bilatérale. Si la gent féminine est plus touchée, cela s’explique par l’imprégnation hormonale et le fait qu’elles ont des ligaments plus souples.

On constate 2 formes différentes d’hallux valgus :

  1. Une forme acquise par le vieillissement, le port de charges trop lourdes, des chaussures inadaptées (trop étroites à talons hauts) et autres traumatismes divers. Elle représente 70 % des cas.
  2. La seconde forme d’hallux valgus est à relier à un décalage de la tête métatarsienne. Cette forme précoce est appelée “juvénile”. On la diagnostique, en effet, à partir de la deuxième décennie de la patiente ou du patient. Cependant, les personnes consultent plutôt vers 25/30 ans en se rendant compte qu’ils sont porteurs d’un problème congénital. C’est une forme héréditaire. Elle représente les autres cas, soit 30 %.

L’hallux valgus existe rarement chez l’homme mais quand c’est le cas, il est causé le plus souvent par un excès de poids et des pieds “plats”.

Les symptômes de cette déformation du pied

Au quotidien, l’hallux valgus a réellement des conséquences handicapantes.

C’est douloureux

La douleur se localise près du gros orteil et se manifeste lorsque le pied est trop sollicité. Un patient atteint d’hallux valgus aura des difficultés à pratiquer une longue marche. Au repos, la douleur est censée se calmer mais elle peut se manifester la nuit. Parfois le problème est si important que la personne renonce à se chausser, ce qui lui interdit toute activité.

Bursite

Lorsque l’atteinte du gros orteil se prolonge sans soins, une zone inflammatoire apparaît ; elle peut se remplir de liquide. Il est absolument indispensable de consulter en urgence un médecin car si la bursite se rompt, elle risque de provoquer une infection.La plante des pieds réagit à la déformation en fabriquant des durillons qui peuvent atteindre une taille importante. Ils risquent d’amplifier les douleurs dues à l’hallux valgus.

Les différentes solutions

  • Les chaussures pour pieds sensibles peuvent apporter une aide de confort. En effet, elles rendent le port de chaussures supportables pour les activités quotidiennes. A la différence des modèles de de chaussures que l’on trouve dans tous les commerces, les chaussures spécial pieds sensibles sont conçues avec des matières et matériaux raffinés qui rendent leur port confortable. Dans tous les cas, les bouts pointus et les talons hauts sont à mettre de côté. Ils accentuent les forces sous l’avant du pied. La bonne hauteur de talon est de 3 ou 4 cm. Evitez également les souliers avec des coutures près du gros orteil atteint. Les matières doivent être très souples.
  • Les écarteurs sont prescrits par les médecins orthopédistes et sont fabriqués sur mesure. Ils permettent d’éviter une aggravation de l’hallux valgus et donnent de bons résultats surtout s’ils sont portés à un stade précoce.
  • Les semelles orthopédiques : elles sont efficaces pour soulager les douleurs articulaires en allégeant l’appui du gros orteil. Pensez à prévoir une demi pointure (voire une pointure) supplémentaire pour laisser de la place à la semelle et au pied.
  • La chirurgie orthopédique : c’est après avoir épuisé toutes les autres solutions que la décision chirurgicale peut intervenir. Quelle que soit la nature, l’origine et les conséquences de l’hallux valgus, le chirurgien a besoin de connaître et d’évaluer l’importance du handicap au quotidien avant d’envisager l’opération. Dans certains cas, il préfèrera ne pas opérer. C’est une intervention importante qui modifie l’architecture osseuse du pied. Même si le critère esthétique est pris en compte par le praticien, il ne le retiendra pas en priorité.

    C’est donc avec une grande prudence que la chirurgie sera considérée comme la meilleure solution. Le médecin s’assurera que le patient a bien pris connaissance des différentes étapes, des résultats qu’il peut attendre et de la longue période de convalescence qui suivra l’opération à proprement parler.

    Les techniques chirurgicales sont nombreuses, mais elles ont toutes pour but de corriger la déformation pour une meilleure répartition des contraintes mécaniques de l’avant du pied.

    En conclusion, puisque l’on sait que 70 % des cas d’hallux valgus sont mécaniques et le plus fréquemment dus au port de chaussures inadaptées, la prévention est toujours la meilleure solution. Cette déformation est trop souvent négligée tant qu’elle n’est pas visible. On ne consulte son podologue que lorsque le pied est déjà bien malade et occasionne d’importantes douleurs. C’est souvent très tard, alors que le diagnostic peut facilement être fait. Il existe aussi des écarteurs en mousse ou des pastilles de gel (en vente libre en pharmacie) qui absorbent les chocs et atténuent les douleurs.

  • Chez les jeunes enfants, dès l’âge de 4 ans, on peut envisager des traitements préventifs. C’est souvent lors d’une visite médicale scolaire que le diagnostic est réalisé.