Après le vote de la loi de travail : les droits des salariés de plus en plus bafoués

loi-travail

Depuis le vote de la loi de travail en France, on se rend de plus en plus compte que les atteintes à l’exercice de la liberté syndicale s’intensifient. Dans ce sillage, la CGT met en garde le patronat par rapport aux conséquences de cette dangereuse dérive. Elle invite d’ailleurs tous les salariés à venir manifester demain devant le siège du Medef à Marseille. Pour le coup, il faut dire que la répression contre les salariés de Goodyear dont le procès va se tenir le 19 et 20 octobre va aussi être un prétexte pour un grand rassemblement.

A voir aussi : Autosécurité pour un contrôle technique rassurant

L’État d’urgence comme contexte défavorable

On prendra en exemple la mésaventure de ces 6 salariés de la société de nettoyage SMS qui ont été licenciés récemment sans motif et sans aucune forme d’explication. Leur avocat du travail Marseille, Me Julien Gauthier, s’insurge contre cette atteinte scandaleuse des libertés syndicales. Selon lui, il s’agit d’un droit fondamental et il parait que le fait que ces salariés aient adhéré à la CGT n’est pas vraiment apprécié au niveau de la direction. De plus, les origines maghrébines de ces salariés ont été considérées comme un motif de réticence. Quoi qu’il en soit, le mal est fait et l’on s’attend à ce que ces salariés soient réintégrés. Pour le moment, la société SMS et le ministère de la Défense se renvoient la balle. Cependant, la direction de l’entreprise a déjà fait état d’un courrier qui avait demandé le retrait immédiat de ces salariés des « sites sensibles ».

Pour leur part, la CGT et les unions locales ont déjà interpellé le ministère de la Défense sur le fait que ces travailleurs maghrébins travaillent sur le site depuis plusieurs années et qu’ils n’ont jamais eu aucun problème. Le courrier au ministère de la Défense est resté sans suite. Quant à l’inspection du travail, elle s’est déclarée incompétente.

Lire également : Remplacer le cylindre défectueux de la serrure d’une porte

Le Code du travail pas du tout respecté

La CGT fait aujourd’hui part de son indignation quant aux mésaventures vécues par ces salariés qui touchent à la fois à leurs emplois. Pour l’entreprise responsable du licenciement de ces salariés, elle a déclaré qu’il n’y avait plus de place disponible en ce moment. Après les grands rassemblements qui ont suivi le passage en force de la Loi de Travail, les principales forces engagées dans cette lutte estiment que le Code du travail n’est plus respecté. Selon, l’avocat du travail Marseille elles estiment que la loi de travail est une porte ouverte à la violation du code du Travail.