Quelles techniques pour l’isolation sous toiture?

Un quart de chaleur est perdu par le toit dans une maison non isolée. Isoler les combles aménagés ou perdus, le grenier ou le toit est un moyen simple et efficace de réduire les pertes de chaleur et les factures de chauffage. L’isolation des combles est efficace pendant au moins 40 ans. Ses avantages sont largement à la hauteur de son coût d’installation.

Analyse et traitement des toitures

Un travail préparatoire doit toujours précéder les travaux d’isolation sous toiture, à l’intérieur sous les combles, ou à l’extérieur sur le toit.. Celui-ci concerne particulièrement l’état de la charpente. On guettera les signes d’humidité qui sont la preuve d’un problème d’étanchéité, de même que la présence d’insectes, tels que les xylophages. En cas de doute, il convient de faire établir un diagnostic par une société spécialisée dans la pose de charpentes. Des techniques de traitement par badigeonnage ou pulvérisation existent. Elles permettent de corriger les éventuels défauts.

Quoi qu’il en soit, poser un isolant sur une charpente infestée réduit considérablement les propriétés de celle-ci, et augmente les dépenses à long terme.

La technique en simple couche d’isolant

C’est une technique en simple couche. La couche de matériau isolant est posée de manière transversale sur les chevrons. L’isolant le plus couramment utilisé, dans ce cas, est la laine de roche. Certaines précautions doivent être prises lors de la pause : éviter de poser l’isolant sur les tuiles (afin de se prémunir des problèmes d’humidité); découper l’isolant en rouleaux pour un meilleur ajustement.

En outre, l’isolant doit être posé à partir du bas, pour grimper progressivement vers le faîtage. Et, après la pose, un frein vapeur doit être installé.

La technique en double couche d’isolant

La technique d’isolation renforcée bicouche est utilisée lorsqu’on recherche une isolation à très haute performance sur les plans thermiques et acoustiques. Elle requiert l’installation préalable de suspentes aux extrémités du rampant. La seconde couche est posée perpendiculairement à la première. Dans les normes, elle devrait être posée de manière à embrocher les suspentes. Après cela, on place les rondelles des suspentes afin d’assurer le maintien.

Pose du frein-vapeur

Un frein-vapeur est un pare-vapeur qui assure la protection efficace de l’isolant ainsi que de la paroi intérieure de tous les problèmes relatifs à la condensation de vapeur émise dans la maison. Il régule le flux d’air et d’humidité entre l’intérieur et l’extérieur de l’habitation. Il convient de faire usage d’un frein-vapeur hygrovariable, dont la membrane intelligente peut s’ouvrir ou se fermer à la diffusion, selon le taux d’humidité ambiant.

On applique le frein vapeur sur l’isolant en utilisant un scotch double face. Les lés doivent respecter un chevauchement d’une dizaine de centimètres au niveau des joints.

Pour finir…

L’isolation ne s’arrête pas avec la pose du pare ou du frein-vapeur. Dans la dernière étape, on doit recouvrir les isolants d’une plaque de plâtre. Ce qui contribue à assurer une étanchéité parfaite.

La présence d’ouvertures, comme les fenêtres ou les aérations de combles joue sur les techniques utilisées. Il faut prévenir une détérioration rapide des isolants au niveau de celles-ci.