Hulot : la prime d’achat d’un véhicule d’occasion propre dès 2018

Nicolas Hulot, actuel ministre de la transition écologique, souhaite désormais aider les ménages souhaitent se débarrasser des véhicules dits « polluants » au profit de véhicules propres. Pour cela, une prime à l’achat est envisagée pour les véhicules d’occasion propres dès l’année prochaine. Il table aussi sur la fin des véhicules diésel d’ici l’horizon 2040. En attendant, cette mesure ravit particulièrement les défenseurs de l’environnement.

A lire aussi : Les clauses de confidentialité: des dispositions sur lesquelles se pencher

Rénover le parc en 15 ans

Aujourd’hui, l’objectif de la France est assez clair : les autorités entendent rénover entièrement le parc automobile d’ici 15 ans. Ce qui semble être une mission très difficile au vu des enjeux. Grâce à la prime envisagée, l’objectif sera de donner à chacun la possibilité d’acheter une voiture d’occasion istres, car tout le monde n’aura pas la possibilité de se payer un véhicule neuf. Selon Nicolas Hulot, la nouvelle prime sera précisée dans le cadre du projet de loi de finances et sera mise en place d’ici 2018. Il estime surtout que le parc doit être entièrement remplacé d’ici 15 ans, car il s’agit d’un enjeu de sécurité publique. Cette prime sera offerte aux propriétaires d’un véhicule diesel qui date de l’avant 1997 ou encore d’essence datant de l’avant 2001.

Une prime de 1000 euros évoquée

Lors de la campagne d’Emmanuel Macron, une prime de 1000 euros avait été évoquée pour ceux qui envisageaient d’acheter une voiture d’occasion istres propre. En ce moment, la prime en vigueur ne concerne que les véhicules neufs et avoisine les 6000 euros. Ce à quoi il faudra ajouter 4000 euros si le remplacement concerne un véhicule diésel. Pour l’achat d’un véhicule hybride rechargeable et neuf, le bonus est plafonné à 1000 euros avec une aide additionnelle de 2500 euros en ce qui concerne la mise en rebut d’un diesel d’avant 2006.

A lire également : Certains faits qui montrent que votre femme est infidèle

Pour le futur : les voitures hybrides, électriques et hydrogènes

En ce qui concerne la commercialisation des moteurs thermiques à essence ou diesel, Nicolas Hulot annonce leur fin pour l’horizon 2040. Selon ses propos, une fois que les horizons sont fixés, il est très difficile de revenir en arrière et les choses peuvent aller très vite. Le futur parc automobile Français comprendra alors des véhicules propres et hybrides. Cependant, il faut dire qu’on semble un peu sous-estimer la part de l’hydrogène dans cet ensemble. En effet, celle-ci pourrait concerner, outre les voitures, les navires et peut être les transports aériens sur le long terme.